Covid-19 : Quand et pourquoi porter un masque ?

Alors que l’épidémie de Coronavirus n’a pas encore atteint son pic en France, de plus en plus de Français portent un masque chirurgical. Qui pourtant, ne protège en rien contre le virus.
Les autorités sanitaires viennent justement de clarifier leurs recommandations sur les circonstances dans lesquelles le port du masque est indiqué.

Chaque jour en France, le nombre de personnes atteintes du Covid-19 augmente. Si l’Italie vient de fermer ses portes, il faut que savoir que nous n’avons que 9 jours de retard sur elle, et que la situation tend à devenir la même.
Pour autant, pas question de sombrer dans le pessimisme et la psychose. Le port du masque n’est pas systématique, bien au contraire. Il est réservé à certains cas. En revanche, sont préconisés un certain nombre de gestes barrière comme éternuer dans le pli de son coude ou se laver les mains régulièrement.

Quand porter un masque ?
Avec la pénurie de masque que traverse aujourd’hui le pays, le gouvernement vient d’annoncer qu’il fallait désormais bénéficier d’une ordonnance pour pouvoir en acheter en pharmacie.
Il existe plusieurs sortes de masques, là encore, destinés à des usages différents. En premier lieu, le masque le plus accessible à tous, et pourtant le moins protecteur pour les personnes non infectées, le masque chirurgical. Il permet essentiellement de filtrer les bactéries en provenance de la bouche de celui qui le porte. Essentiellement porté au bloc opératoire par le personnel médical (d’où son nom), il évite ainsi au patient de recevoir les bactéries externes.

Une personne suspectée de présenter des symptômes d’infection respiratoire ou avérée malade peut porter un masque chirurgical pour protéger les autres de ses symptômes.

Néanmoins porter ce masque n’exonère pas de se laver les mains et d’éviter tout contact physique avec les autres.

Qui doit porter un masque ?
« Si vous ne présentez aucun symptôme et que vous n’êtes pas un soignant, porter un masque n’a aucun intérêt », précise un médecin en charge des urgences sanitaires. Quant au ministère de la Santé, il rappelle que « l’usage à titre préventif pour les personnes n’étant pas en contact rapproché des malades est inutile ».
Le personnel hospitalier en contact étroit avec des malades confirmés se doivent de porter un masque FFP2, plus filtrant et plus protecteur que les masques chirurgicaux.

Ces masques s’ajustent mieux au visage et bénéficient d’un système qui limite toute pénétration de particule.

Les malades quant à eux, doivent être munis d’un masque chirurgical afin de ne pas exposer leur entourage.

Masques : quelle durée de vie ?

A chaque masque une durée de vie différente.
L’efficacité des masques chirurgicaux n’est garantie que 3 à 4 heures en raison de l’humidité produite par la respiration.

Pour les masques FFP2 en revanche la durée de vie peut aller jusqu’au double. Leur utilité varie entre 3 et 8 heures.
Il faut donc les changer régulièrement. Les masques ne peuvent en aucun cas être lavé pour être réutilisés, ils sont à usage unique.