A quel stade de l’épidémie sommes nous ?

Nous sommes toujours au stade 2, c’est à dire que le virus circule mais pas sur l’intégralité du territoire. Tout est mis en place pour ralentir le virus et freiner l’épidémie, le plan blanc pour les hôpitaux et le plan bleu pour les EHPAD ont été activés.

Il est recommandé de ne pas rendre visite aux personnes fragiles et âgés à domicile comme dans les établissements médico-sociaux. Les mineurs et les personnes malades ne peuvent plus accéder à ces établissements, maternités comprises.

Les pharmacies sont maintenant autorisées à produire et vendre leur propre solution de gel hydro-alcoolique dont le prix est encadré par arrêté.

Les prélèvements pour les tests de dépistage du coronavirus sont désormais réalisables par les laboratoires de ville.

Le stade 2 est renforcé dans les départements de l’Oise et du Haut-Rhin.
Ainsi des mesures de restrictions supplémentaires ont été prises :

  • Les crèches et établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) seront fermés à partir du lundi 9 mars pour une durée de 15 jours ;
  • Interdiction de tous les rassemblements sauf ceux essentiels à la vie sociale et démocratique ;
  • Les personnes fragiles sont invitées dans toute la mesure du possible à rester chez elles ;
  • Incitation aux habitants à recourir au télétravail et à éviter de circuler hors de la zone, ou de rejoindre des rassemblements publics hors de la zone (ces points relèvent de la responsabilité du citoyen face à la propagation d’un virus).

L’école de mes enfants est fermée, comment faire ?

Dans le cadre des fermetures d’écoles dans les zones de circulation active du virus, si vous êtes parent d’un enfant âgé de moins de 16 ans, vous pouvez bénéficier d’un arrêt maladie indemnisé si vous ne pouvez pas bénéficier d’un aménagement de vos conditions de travail vous permettant de rester chez vous pour garder votre enfant.

Si vous êtes parent d’un enfant qui doit être maintenu à domicile car résidant dans un foyer de circulation du coronavirus, même si l’établissement qui l’accueille est situé en dehors de cette zone, vous pouvez également bénéficier d’un arrêt indemnisé dans les mêmes conditions.

À noter qu’un seul des deux parents peut bénéficier d’un arrêt dans ce contexte.

Quelle est la procédure pour bénéficier de cet arrêt ?

La procédure est la suivante :

  • Contactez votre employeur et évaluez avec lui les modalités de télétravail qui pourraient être mises en place ;
  • Si aucune autre solution ne peut être retenue, c’est l’employeur qui doit, via la page employeur du site dédié https://declare.ameli.fr/, déclarer votre arrêt de travail ;
  • L’indemnisation est ensuite enclenchée à partir de cette déclaration. Vous percevrez les indemnités journalières et, le cas échéant, le complément de salaire de votre employeur dès le 1er jour d’arrêt, sans application du délai de carence ;
  • Vous n’avez pas à contacter l’ARS ou votre caisse d’assurance maladie, c’est la déclaration de votre employeur, accompagnée de la transmission des éléments de salaires selon les canaux habituels, qui va permettre l’indemnisation de votre arrêt de travail ;
  • Les employeurs sont invités à pratiquer dans le maximum de cas le maintien de salaire au bénéfice de leurs salariés, auquel cas ils versent le salaire à hauteur du complément sans attendre le versement des indemnités journalières par l’assurance maladie ;
  • Si vous êtes non-salarié (travailleur indépendant ou exploitant agricole), vous déclarez directement votre arrêt sur le site Internet dédié.

Pourquoi ne teste-t-on plus tous les cas suspects ?

Dans les territoires où la diffusion du virus est très active, les Agences régionales de santé (ARS) ont la possibilité de lever l’obligation de dépistage systématique des cas suspects lorsqu’ils deviennent trop nombreux sur un territoire. Seuls les patient présentant un état clinique sévère et les résidents des établissements médico-sociaux présentant des symptômes resteront alors soumis à un test dans ces territoires.

Où circule le Coronavirus COVID-19 en France ?

Il existe six zones de regroupement de cas (clusters) :

  • La première se trouve dans l’Oise, et en particulier sur les communes de Creil, Crépy en Valois, Vaumoise, Lamorlaye et Lagny le Sec.
  • La deuxième et troisième sont en Haute Savoie, dans la commune de La Balme.
  • La quatrième se trouve dans le Morbihan, dans les communes d’Auray, Crac’h et Carnac.
  • La cinquième dans le Haut-Rhin (Mulhouse)
  • La sixième dans le Bas-Rhin (Strasbourg)

 

Les événements et rassemblements sont-ils annulés ?

Le virus ne circule pas de façon homogène sur le territoire, une diversité de cas et de mode de diffusion sont constatés. Il n’y a donc pas d’annulation systématique des événements, mais une appréciation en fonction du contexte et des données territoriales.

Mes enfants rentrent d’une zone à risque, peuvent-ils aller à l’école ?

Si vos enfants ne présentent pas de symptômes, ils peuvent être envoyés à la crèche, à l’école, au collège, au lycée ou tout autre accueil collectif type association sportive. Leur température doit toutefois être surveillée 2 fois par jour.

Comment me protéger du coronavirus COVID-19 ?

Face au coronavirus, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

  • Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Porter un masque quand on est malade (sur prescription médicale)

Combien coûte le gel hydro-alcoolique ?

Le prix du gel hydro-alcoolique est encadré depuis le 6 mars 2020 par décret :

  • 2 € TTC maximum les 50 ml
  • 3 € TTC maximum les 100 ml
  • 5 € TTC maximum les 300 ml
  • 15 € TTC maximum le litre

Les pharmacies pourront prochainement vendre leur propre solution de gel hydro-alcoolique.

Dois-je porter un masque ?

Le port du masque chirurgical s’adresse aux personnes malade et aux personnes fragiles, sur prescription médicale, et aux personnes contact à haut risque, potentiellement contaminées, également sur prescription médicale. Les professionnels de santé, de secours ou de transport sanitaire, intervenant auprès des malades, doivent également porter des masques chirurgicaux.

Comme pour l’épisode de grippe saisonnière, les “gestes barrières” sont efficaces.

Puis-je prendre les transports en commun ?

Il n’y a aucune contre-indication à ce que vous vous déplaciez en transport en commun. Cependant, si vous êtes malade portez un masque. Pensez à vous laver les mains avant et après avoir pris les transports en commun, et tout au long de la journée.

Les conséquences de l’épidémie

Quelles sont les conséquences économiques pour la France ?

En fonction de sa durée et de son ampleur, le Coronavirus COVID-19 aurait un impact de 0,1 point sur la croissance française en 2020 (estimation du ministère de l’économie et des finances qui peut varier en fonction du développement de l’épidémie). Les conséquences économiques de cette épidémie touchent en particulier :

  • Certaines chaînes de production industrielles qui rencontrent des difficultés d’approvisionnement.
  • Le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration.

Y a-t-il un risque de pénurie de médicaments ?

A ce stade, aucun problème d’accès aux médicaments n’a été signalé en relation avec l’épidémie de Coronavirus COVID-19 en France, ni en Europe. Néanmoins, l’industrie pharmaceutique mondiale est très dépendante des activités de production en Asie. Si l’épidémie devait se poursuivre pendant une longue période, des impacts sur la disponibilité de certains médicaments ne seraient pas à exclure. Le ministère des Solidarités et de la Santé suit de près l’évolution de cette situation, avec l’aide de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament.

Les produits venant de zones à risque

Est-ce que le Coronavirus COVID-19 survit dans le milieu extérieur ? Y a-t-il un risque avec les objets/colis importés de zones à risque ?

Au vu des données disponibles sur la survie des coronavirus le risque d’être infecté par le Coronavirus COVID-19 en touchant un objet importé d’une zone à risque est considéré comme extrêmement faible.

Les mesures d’hygiène standard (lavage des mains, nettoyage de surfaces) sont efficaces.

Il n’y a donc pas de contre-indication à se faire livrer des colis de Chine.

Y a-t-il des mesures particulières pour les médicaments produits en Chine ?

Il n’y pas de restriction particulière concernant l’utilisation des médicaments provenant de la Chine.

La situation à l’international

Qu’est-ce qu’une USPPI ?

Le Comité d’urgence convoqué par le Directeur général de l’OMS a estimé le 30 janvier que l’épidémie de Coronavirus COVID-19 constituait une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). La déclaration d’une USPPI est une mesure de reconnaissance des risques nationaux et régionaux éventuels et de la nécessité d’intensifier et de coordonner l’action pour les gérer.

Pour la France cela signifie :

  • Mettre en alerte le système de santé (Agences régionales de santé, agences nationales de sécurité sanitaire, SAMU, établissements de soins, professionnels de santé) et diffuser rapidement toutes les informations nécessaires pour garantir une prise en charge optimale des malades.
  • Renforcer l’information et la sensibilisation de la population pour s’assurer de son engagement et de sa pleine participation à la stratégie de riposte.
  • Renforcer le dépistage sur le territoire national pour garantir qu’aucun contact n’est oublié et améliorer la qualité du dépistage moyennant une amélioration du partage des informations avec les équipes de surveillance.
  • Renforcer la surveillance en vue de réduire le délai entre la détection et la prise en charge des malades et leur isolement. Mettre en place des autorisations exceptionnelles pour les médicaments et les vaccins qui n’auraient pas d’autorisation de mise sur le marché (AMM).
  • Mettre en œuvre rapidement les stratégies vaccinales susceptibles de faire reculer la propagation de cette maladie telles que les recommande le Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) de l’OMS sur la vaccination.
  • Continuer à collaborer et à améliorer la coordination avec les Nations-Unies et les partenaires, créer un environnement propice pour les opérations de santé publique, pour accélérer les efforts de lutte contre la maladie.

Retour et confinement

Quelles opérations de retour ont été effectuées jusqu’à présent ?

La France a procédé, en relation avec les autorités chinoises, à plusieurs opérations de retour des Français qui le souhaitaient par voie aérienne directe depuis Wuhan.

L’ensemble des ressortissants français de ces trois vols ont été confiné dans les lieux d’accueil et suivi par une équipe médicale pendant 14 jours (période maximum d’incubation du virus).

Concernant les ressortissants français encore à Wuhan et dans la province du Hubei, le consulat général de France à Wuhan est en contact avec eux.

Le consulat de France à Wuhan met à jour régulièrement son site internet, tout comme le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Plan et gestion de crise

Quels sont les trois stades de gestion de l’épidémie de Coronavirus COVID-19 en France ?

Stade 1 :
Le stade 1 prévoit de freiner l’introduction du virus sur le territoire national. Il correspond à la mise en alerte du système de santé. Les autorités sanitaires sont mobilisées pour isoler les malades, détecter et identifier rapidement les cas contact, et prendre en charge les cas graves dans les établissements de santé habilités
Des mesures très strictes ont été prises, pour contrôler les retours des zones infectées et réagir rapidement sur les premiers cas, comme aux Contamines (Haute-Savoie, 74).
Notre pays a franchi le stade 2 du plan de prévention et de gestion défini par les autorités. De nombreux cas secondaires aux cas importés sont détectés et pris en charge.
Le passage du stade 1 au stade 2 implique une adaptation du plan d’actions du Gouvernement.

Stade 2 :
L’objectif des pouvoirs publics est de freiner la propagation du virus sur le territoire et d’empêcher ou, tout du moins, de retarder aussi longtemps que possible le passage au stade 3.
Le virus n’est pas à ce stade en circulation active sur le territoire (stade 3). La stratégie consiste à prendre en charge les patients dans le cadre d’un parcours de soins sécurisé avec l’identification et la surveillance des personnes contacts. L’organisation des soins est plus largement mobilisée avec notamment le déclenchement d’une deuxième ligne d’établissements de santé. Les activités collectives sont impactées.

Quelles sont les mesures prises dans le stade 2 de la gestion du coronavirus COVID-19 ?

Certaines mesures, propres au stade 1, n’ont plus de raison d’être.

Le virus ne vient plus seulement de Chine et d’Italie. Il circule déjà au sein de plusieurs regroupements de cas en région.

Il n’y a donc plus de quatorzaine pour les personnes revenant d’une zone à risque mais des mesures de réduction sociale (ne pas rendre visite aux personnes fragiles, ne pas aller dans des rassemblements, au cinéma ou encore au restaurant…)
La quatorzaine est toutefois maintenue pour les cas contacts à haut risque.
A ce titre :

  • Nous continuons à déconseiller fortement les voyages ou déplacements non nécessaires.
  • Mais nous pouvons lever des contraintes qui ne se justifient plus et en particulier, les élèves en retour de Lombardie, et de Vénétie ou d’Emilie-Romagne vont pouvoir retourner à l’école.

En revanche, nous décidons de mesures plus contraignantes pour les zones de regroupement de cas (cluster) :

  • Tous les rassemblements collectifs vont être interdits jusqu’à nouvel ordre.
  • Fermeture des établissements scolaire pour investigation.
  • Recommandation aux habitants de limiter leurs déplacements : cela veut dire qu’ils peuvent se déplacer pour se nourrir, pour faire leurs courses, mais qu’ils ne doivent pas se rendre à des rassemblements, au restaurant ou encore en cinéma et privilégier le télétravail. Il est également demandé d’éviter tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…) et les lieux où ils se trouvent : hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…

Les mêmes mesures sont applicables dans la commune de La Balme en Haute-Savoie et les communes d’Auray, Crac’h, Carnac et Mulhouse.

Pour le reste du territoire national, le Gouvernement a également décidé une série de mesures raisonnables mais plus contraignantes:

  • Toujours avec l’objectif de limiter la diffusion du virus par le brassage des populations, le gouvernement a décidé d’adopter une politique de prévention plus stricte en matière de rassemblements. Hors Clusters, tous les rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné seront annulés et les préfets recevront des indications pour annuler également, en lien avec les maires, les rassemblements, y compris en milieu ouverts, quand ils conduisent à des mélanges avec des personnes issues de zones où le virus circule possiblement. A ce titre, par exemple, nous allons, en lien avec la maire de Paris et le maire de Cannes, annuler le semi-marathon de Paris demain ainsi que le MIPIM à Cannes du 10 au 13 mars ou le Carnaval d’Annecy du 6 au 8 mars.

Stade 3 : Le virus circule largement dans la population.

Le stade 3 ou stade épidémique correspond à une circulation active du virus. La stratégie repose alors sur l’atténuation des effets de l’épidémie. L’organisation prévoit la mobilisation complète du système sanitaire hospitalier et de ville, ainsi que les établissement médico-sociaux pour protéger les populations fragiles, assurer la prise en charge des patients sans gravité en ville, et des patients avec signes de gravité en établissement de soins. Les activités collectives sont fortement impactées.
Combien de temps vont durer les mesures prises pour lutter contre le Coronavirus COV-19 ?
Les mesures prises pour limiter la diffusion du virus sont provisoires. Le Gouvernement est prêt à les faire évoluer en fonction de l’évolution de la situation.
Devrons-nous rester confiner si la France passe le stade 3 dans la gestion du Coronavirus COVID-19 ?
Au stade 3, la vie du pays devra continuer et notre pays gèrera l’épidémie. La France s’appuie sur un système de santé efficace.

Combien de temps vont durer les mesures prises pour lutter contre le Coronavirus COV-19 ?

Les mesures prises pour limiter la diffusion du virus sont provisoires. Le Gouvernement est prêt à les faire évoluer en fonction de l’évolution de la situation.

Devrons-nous rester confinés si la France passe le stade 3 dans la gestion du Coronavirus COVID-19 ?

Au stade 3, la vie du pays devra continuer et notre pays gèrera l’épidémie. La France s’appuie sur un système de santé efficace.

Existe-t-il un stade 4 ?

Oui, c’est le stade du retour progressif à une situation normale.

Qu’est-ce que le plan blanc ?

Le plan blanc est une organisation spécifique d’urgence sanitaire et de crise permettant d’enclencher la mise en œuvre rapide et rationnelle des moyens indispensables en cas d’afflux de patients dans un établissement hospitalier. Il est inscrit dans la loi depuis 2004.

Le plan blanc répond à quatre grands objectifs face à une situation de crise :

  • Mobiliser l’établissement de santé pour répondre à une situation de crise ;
  • Mobiliser les professionnels de santé ;
  • Mobiliser les moyens matériels et logistiques de l’établissement ;
  • Adapter l’activité médicale de l’établissement.

Qu’est-ce que le plan bleu ?

Les Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) doivent prévoir un Plan Bleu depuis la canicule de 2003. Organisé par le chef d’établissement, le plan bleu permet de répondre aux situations exceptionnelles en se basant sur des mesures d’hygiène, une augmentation du personnel et un plan de continuité de l’activité.